Hallux rigidus

Definition
L’hallux rigidus est une arthrose de l’articulation métatarso-phalangienne de l’hallux (douleurs à la base du gros orteil). Cette dégradation arthrosique va entraîner des douleurs importantes à la marche associées à une raideur de cette articulation. On observe peu ou pas de déformation de l’axe de ce premier orteil lorsqu’il devient douloureux (contrairement à un hallux valgus). On peut observer de temps en temps une « bosse » sur le dessus de cette articulation. Il n’y a pas d’origine précise. Cette tuméfaction douloureuse est en fait un bec osseux lié à l’arthrose de l’articulation autrement appelée dorsal bunion.

Symptômes :

Les patients sont gênés au début pour les activités intenses type course à pied ou pour le port de talons très hauts. En effet, le premier symptôme qui se développe sur l’articulation métatarso-phalangienne est la raideur. Petit à petit des douleurs s’installent, elles sont uniquement à l’effort. Rapidement, elles deviennent permanentes lors de la marche. Le dorsal bunion (bosse sur le dessus du gros orteil) apparaît à un stade relativement précoce de la pathologie. Classiquement, on décrit 4 stades dans ce type de pathologie, ces stades sont liés à la raideur de l’articulation.

 

Examens complémentaires :

pied-et-cheville-144Un simple bilan radiographique en charge est nécessaire dans ce type de pathologie. Aucun autre examen radiologique ne doit être engagé à priori. Le bilan radiologique doit comporter des radiographies des deux pieds en charge face et profil + des clichés des deux chevilles de face en charge avec fil de Méary.

 

 

Traitement médical :

Le traitement médical est un traitement permettant la réduction des douleurs. Cependant le traitement médical ne guérit pas l’hallux rigidus et ne peut pas ralentir sa progression.

Un traitement antalgique sera proposé pour mieux supporter ces douleurs.

Une modification du chaussage sera proposée avec diminution des talons et port d’une semelle plus rigide de façon à éviter les contraintes sur l’avant-pied. Une perte de poids excessif sera toujours justifiée.

On peut réaliser des semelles orthopédiques avec une barre rigide sous l’articulation métatarso-phalangienne de façon à éviter trop de mobilité de cette articulation. En effet, si on réduit la mobilisation de cette articulation, le pas de vient franchement moins douloureux. Malheureusement ce traitement médical n’a d’intérêt que temporairement et il est assez mal vécu par les patients car il ne permet pas une activité sportive libre ni un chaussage aisé.

pied-et-cheville-188

Traitement chirurgical :

Chaque stade de l’hallux rigidus peut justifier d’un traitement particulier. Le traitement de ce type de pathologie va être à la carte en fonction des malformations et des dégradations observées. Ainsi on pourra réséquer la bosse sur le dessus du gros orteil ou réduire la longueur d’un métatarsien si celui-ci semble trop long.

Cheilectomie :

La cheilectomie est la résection de la bosse sur le dessus du gros orteil (dorsal bunion). Cette cheilectomie permet de libérer l’articulation et de redonner de la mobilité. L’efficacité est temporaire mais permet souvent la reprise des activités sportives. L’intervention peut être réalisée en ambulatoire. Dans les suites de l’intervention, un chaussage standard est immédiatement repris. On réalise des séances de rééducation au niveau de l’articulation métatarso-phalangienne de façon à bien entretenir la mobilité. L’arrêt de travail est relativement court, 3 à 4 semaines, et la reprise de la conduite automobile peut être réalisée dans le même délai.

Ostéotomie métatarsienne :

Cette intervention va consister à corriger un désordre anatomique au niveau de l’avant-pied. En effet, dans certains cas, il existe un gros orteil plus long que les orteils latéraux. Cet excès de longueur sur la première colonne explique la compression de l’articulation et l’arthrose rapide. Cette intervention sera décidée en fonction du bilan radiographique réalisé et de l’anatomie du pied. La chirurgie et les suites sont les mêmes que celles d’un hallux valgus. Lien traitement hallux valgus.

Arthrodèse métatarso-phalangienne :

Il s’agit d’une intervention qui consiste à bloquer l’articulation métatarso-phalangienne. Au décours de cette intervention, on retire le cartilage de l’articulation et on réalise la fusion du premier métatarsien avec la première phalange. Cette intervention bloque tous les mouvements à la racine du gros orteil. Quelques mois après l’intervention, la marche pourra être reprise sans difficulté. En effet, il n’y a pas de boiterie après ce type d’intervention. A noter tout de même que la hauteur des talons devra être standardisée. En effet, la mise sur la pointe des pieds n’est plus possible et il faut donc éviter de passer d’une chaussure plate à une chaussure à hauts talons. Cette intervention permet une disparition totale de la douleur. Elle est donc à envisager dans les stades évolués (stade 3-4) d’hallux rigidus.

L’intervention peut avoir lieu en ambulatoire. Le lendemain de l’intervention, le pied peut être posé au sol à l’aide d’une chaussure de décharge partielle de l’avant-pied. Cette chaussure devra être portée 4 à 6 semaines en fonction de la complexité de l’intervention. Les pansements sont généralement réalisés tous les deux jours avec ablation des fils de suture à 21 jours après l’intervention. Pendant les 4 à 6 semaines de port de la chaussure orthopédique, une anticoagulation préventive est mise en place. Cette anticoagulation consiste en une piqûre quotidienne de façon à éviter le risque de phlébite. L’appui avec la chaussure orthopédique permet de se déplacer au domicile. Les marches prolongées doivent tout de même être évitées. Avec ce type de chaussure, on peut monter un étage. Il faut cependant éviter les allers et retours incessants dans les escaliers car l’appui n’est pas forcément très stable et il existe un risque de chute potentielle. Lorsque l’on retire la chaussure orthopédique au bout de 4 à 6 semaines, un chaussage standard peut être repris. Il faut que ce chaussage standard soit large de façon à éviter de comprimer le pied. En effet, il existera un œdème post-opératoire qui durera 2 à 4 mois en fonction du terrain du patient. La reprise de la conduite automobile a lieu entre 6 et 8 semaines post-opératoires. L’activité professionnelle pourra être reprise 2 à 3 mois après l’intervention en fonction du type de profession exercée.

Lors de l’arthrodèse est mise en place une plaque et/ou des vis qui ne seront pas retirées à priori. En effet, ces plaques et vis sont destinées à rester dans le corps humain à vie. Cependant si la plaque gênait au chaussage (dans les pieds très minces), elle pourra être retirée 8 à 12 mois après l’intervention. Lorsque le retrait de cette plaque est nécessaire, l’intervention est réalisée en ambulatoire et dans les suites un chaussage standard peut être repris immédiatement ainsi que la marche et la conduite automobile.