Névrome de Morton

Definition
Le névrome de Morton est un épaississement d'un nerf, par compression chronique de celui ci. Les nerfs plantaires sont responsables de la sensibilité des orteils. Ils cheminent entre les os appelés métatarsiens. La compression a lieu au moment de la division du nerf vers les orteils. Le névrome de Morton est typiquement situé dans le troisième espace inter métatarsien, c’est-à-dire entre le troisième et le quatrième orteil. Il peut exister parfois des névromes de Morton dans le 2ème espace ou sur plusieurs espaces inter-métatarsiens. A noter qu’on observe parfois des névromes de Morton sur les deux pieds, mais le plus souvent il n’y a qu’un seul pied qui est douloureux.

Quels sont les symptômes ?

La douleur se situe sous l’avant-pied à la marche. Le patient décrit en général une impression de « clou » sous l’avant-pied au niveau de la zone des têtes métatarsiennes. Cette douleur peut aussi être à type de brûlures et de décharges électriques dans les orteils. Après un certain temps de marche, les orteils peuvent devenir insensibles, ils peuvent donner une sensation d’engourdissement désagréable. Le patient est en général obligé de retirer ses chaussures et de masser l’avant-pied pour faire céder la douleur.

pied-et-cheville-10

 

 

 

 

 

 

L’apparition de cette douleur peut être favorisée par : le port de nouvelles chaussures étroites sur l’avant pied, le port de talons hauts ou une activité sportive nécessitant la propulsion sur la pointe des pieds.

A un stade évolué, la douleur peut devenir permanente et persister lors de la marche pied nu. Il peut aussi s’y associer des crampes dans la voûte plantaire et des fourmillements dans les orteils.

pied-et-cheville-37

 

Pourquoi ai-je un névrome de Morton ?

Le névrome de Morton a des origines diverses:

  • anomalie de l’architecture de l’avant-pied (troubles statiques) : pied creux, hallux valgus, métatarsalgie.
  • mode de vie : chaussage trop serré, talons, marche prolongée, piétinement.
  • Terrain : maladie inflammatoire, antécédents de canal carpien.
pied-et-cheville-32

 

 

 

 

Quels Examens complémentaires dois-je réaliser pour en faire le diagnostic ?

Un bilan radiographique standard des deux pieds de face et de profil en charge devra être réalisé de façon à analyser l’architecture de l’avant-pied. Il permettra aussi d’éliminer les diagnostics différentiels tels qu’une métatarsalgie statique (anomalie architecturale de l’avant-pied).

L’échographie est un examen très efficace chez un radiologue entraîné. L’échographie permet aussi d’éliminer des diagnostics différentiels. L’échographie recherchera une bursite qui pourrait être sensible à l’infiltration.

L’IRM est un examen particulièrement sensible qui peut être réalisé un peu partout. Cet examen a comme principal inconvénient qu’il est coûteux et parfois long à obtenir.

Comment traiter un névrome de Morton ?

Le traitement médical devra toujours être tenté dans un premier temps.

pied-et-cheville-47  Il est relativement efficace s’il est mis en place précocement. Des conseils sur le chaussage pourront être donnés avec port de chaussures plus larges, diminution de la hauteur des talons et utilisation de semelles plus rigides. Pour potentialiser cette modification du chaussage, on peut être amené à réaliser des semelles orthopédiques avec réalisation d’un renflement qui va s’appuyer sous les têtes métatarsiennes. Ce renflement est appelé « barre rétro-capitale avec espaceur métatarsien ». Ces semelles sont très efficaces lorsque la douleur n’est présente qu’à l’effort.

 

Des infiltrations par corticoïdes peuvent être envisagées. Ces infiltrations sont particulièrement efficaces s’il existe une bursite autour du nerf. Ce traitement n’est efficace que si la pathologie est d’apparition récente. Ces infiltrations peuvent aussi être très utiles chez des patients actifs pour essayer de diminuer les douleurs en attendant de pouvoir réaliser une intervention chirurgicale.

En quoi consiste l’intervention chirurgicale ?

Il existe deux types de traitement chirurgical.

La neurolyse : consiste à sectionner le ligament inter-métatarsien (qui « écrase » le nerf ) de façon à retirer la compression du nerf. Cette technique est dite « conservatrice » puisque l’on ne coupe pas au nerf. Elle n’est efficace que dans des stades relativement précoces lorsqu’il n’y a pas de réelle tumeur sur le nerf. Cette technique peut avoir des suites post-opératoires relativement longues (12 mois) et le taux d’échec n’est pas négligeable. Cependant le nerf est conservé et les orteils restent bien sensibles.

La neurotomie : consiste en une section ou résection du nerf avec ablation du renflement sur le nerf plantaire. Il existe alors une interruption définitive du nerf et une insensibilité des orteils en rapport avec ce nerf. Les suites opératoires sont là encore relativement longues avec des douleurs qui peuvent persister jusqu’à 6 mois après l’intervention. Les séquelles sont une anesthésie entre les orteils, mais le taux de récidive est beaucoup plus faible que dans la neurolyse.

Quel sont les risques et les complications après la chirurgie ?

Il existe les risques et complications liés à toute intervention chirurgicale.

Il existe aussi des risques plus spécifiques, tels que des douleurs prolongées ou une récidive du névrome. Ces complications sont liées à une hyperstimulation du moignon nerveux après l’intervention. Raison pour la quelle il faudra respecter un repos d’au moins 15 jours après l’intervention.

Les suites de la chirurgie du névrome de Morton sont en général assez longues car il faut laisser le temps au nerf de cicatriser et à votre cerveau le temps d’oublier cette douleur. Pendant plusieurs mois vous pouvez ressentir une douleur identique à la douleur préopératoire, il s’agit en fait d’une « douleur fantôme » qui disparaîtra avec le temps.

Quelles consignes respectées après l’intervention ?

L’intervention est dans la majeure partie des cas réalisée en hospitalisation ambulatoire avec une anesthésie locorégionale.

L’appui pourra être repris immédiatement en chaussures standards. Des semelles épaisses devront être favorisées afin d’éviter un trop grand déroulement de l’avant-pied. Un inconfort peut exister sur les quinze premiers jours du fait de la cicatrice cutanée et de l’hématome sur le site opératoire. Des pansements seront à réaliser tous les deux jours jusqu’à cicatrisation complète soit environ 21 jours post-opératoires. Le patient devra restreindre son périmètre de marche au maximum pendant les trois premières semaines, l’idéal est de ne pas sortir de son domicile pendant les 15 premiers jours. En cas de marches prolongées lors des 3 premières semaines, le risque est la récidive du Morton et des douleurs. La conduite automobile peut être reprise trois semaines après l’intervention. L’arrêt de travail est d’environ deux à quatre semaines.

Les marches prolongées et les activités sportives pourront être reprises huit semaines après l’intervention.